/// Erik ... à suivre ... \\\

/// Erik ... à suivre ... \\\\\\

Trail du Vignoble Nantais : 1ère étape, le nocturne

LA RECO :

 

L’épreuve de préparation que j’attendais avec impatience. J’ai le plaisir de courir à domicile, sur une course Asics.

Pour être fin prêt, je profite de la mise en ligne du parcours sur le site des Fondus du Vignobles pour me caller une reco des parcours intégrée dans mon planning d’entrainement.

Tout tombe parfaitement, se sera la semaine d’avant course, avec Xavier qui se rend dispo et volontaire pour m’y accompagner…Nous y allons donc avec quelques instants mémorables de ratissage à travers bois, champs, forêt en pleine nuit ! Merci qui ? Merci le GPS de Quasy !

Au final, J-9 avant la nocturne, nous bouclons tant bien que mal le repérage de la course nocturne du samedi soir en courant, à 11km/h de moyenne tout de même, arrêt compris…et il y en a eu quelques uns !

J-8 avant le 50km, nous reconnaissons l’intégralité (moins les 5 derniers kilomètres que nous avions déjà faits pour le nocturne) du parcours de 50km en VTT après 3h30 dans la boue !

Au final, je reviens…vanné !

 

LE WEEKEND :

 

Samedi 26 février : Grosse journée au programme !

C’est une course Asics, il faut donc assumé toute la journée et être présent pour accompagner les « stagiaires » du Trail Expériences By Asics (TEBA), le programme de coaching manager par nos coach Asics et encadré par des athlètes Asics. Aujourd’hui, ce sera mon Manu et moi.

6 séances réparties toutes les heures de 10h à 17h.

Je retrouve tout le Team dans la bonne humeur

Toutes se déroulent de la même manière, avec une préparation. Nous équipons les coureurs de chaussures dont ils peuvent essayés un de nos modèles (Trabuco, Attack ou Fuji’es), montre-cardio Suunto et d’un Tee-shirt estampillé TEBA.

Tout le monde prêt, quelques consignes globales, puis nous partons pour un petit échauffement d’une dizaine de minutes dans le parc du Château de Briacé, site de l’épreuve du weekend.

L’échauffement terminé, un petit test VMA à allure endurance de 1500m. Au terme de cette première épreuve, nos athlètes réalisent un 100m équipé du MyoTest qui permet d’analyser leurs foulées, puis c’est retour aux stands pour le moment clefs, l’analyse de toutes les données récupérées avec els coachs.

Manu me déleste de quelques sessions et se démène toute la journée…quant à moi, je discute avec quelques connaissances ! Bravo l’esprit d’équipe !!!

Le TEBA terminé, nous passons à une seconde épreuve, qui n’était pas prévue au programme, une séance photo avec l’ami Thierry S. Studio improvisé, quelques clichés de haut vol, puis nous passons au grand air (très frais !!!) pour profiter du soleil couchant. La séance terminé, nous sommes gelés, et filons aussitôt au dortoir pour nous allonger quelques instants au calme. Un petit casse-croute, je termine un riz au lait laissé sur la table du petit déjeuné, nous préparons nos affaires pour la course du soir, et 20’ de sieste légère plus tard, nous nous retrouvons déjà à 1h du départ !

Vouant faire un bon échauffement, je ne tarde pas à descendre m’échauffer sur la piste cendrée du Lycée. Un bonjour à mes parents revenus exprès de leur court séjour en Espagne pour m’encourager. Et me voilà parti pour 45’ de trotting.

Je retrouve Xavier, puis Coach Pascal, qui contrairement au Glazig, c’est décidé de courir ce soir…pour rivaliser avec Coach Laurent, qui réédite après sa mémorable 112ème place du Glazig.

Tous le monde est appelé sur la ligne de départ et s’y dirige. Je discute tranquillement avec mes parents, Manu est allé se soulager…quand mon père me dit « le départ va être donné… » A peine a-t-il eu le temps de finir que le coup de fusil est donné…je me précipite dans la meute…pas de Manu !

200m de course, je suis en première ligne, je me retourne, Pascal est avec moi. Je cherche Manu…aucune trace !

Le départ de la course se fait sur un terrain propre. Je temporise en attendant un retour du Manu…et enfin, après 500m, je le vois enfin débouler ! Surpris par le départ, il s’est mis dans le rouge pour revenir devant. Je le vois tout essoufflé…on va donc attendre un peu avant de lancer les hostilités !

Après 1500m, un contournement de forêt et les pieds déjà trempé, épingle à droite et je relance vivement. Manu suit, mais un troisième larron c’est invité à la fête. Il s’agit de l’ancien triathlète Christophe Le Luern…Je prends quand même le temps de me retourner, le cordon de frontale s’étire entre les vignes pour un magnifique spectacle.

Descente, un petit bout de goudron en cote, virage à droite, un coup d’œil derrière, vu de notre piédestal surélevé…magnifique spectacle.

La course s’enflamme, je relance, Christophe également, Manu quant à lui n’est pas au mieux, le départ l’ayant un peu mis à contribution. Passage de pont, le chemin remonte, je temporise pour laisser à Manu un peu d’air ! Mais à mi-pente, c’est Christophe qui reprend du service…la course va être rapide !

Traversée du bourg du Landreau par chemin piéton, pour se retrouver à la sortie dans les vignes, sur chemin gras, boueux et … humide, à trois.

Après quelques minutes à bon train, je me dis qu’avec nos projecteur, nous avons un avantage certain…en sortie de virage, j’accélère donc sèchement pour essayer de me faire la belle !

Opération échouée à 200%. Non seulement je n’ai pas lâché Christophe qui à l’air très bien, mais par contre j’ai creusé l’écart avec Manu, qui c’est laissé décroché. Après un effort de quelques secondes, je temporise pour limiter la casse, mais Christophe reprend le train. Je prends quelques relais, sans vouloir en faire trop avec l’espoir que Manu reviennent, mais derrière, sa frontale stabilise l’écart.

J’essaye à plusieurs reprises de lâcher cet adversaire que je ne connais pas encore, mais à chaque relance, il recolle, repasse devant. C’est un ballet qui tourne bien, je regarde ma montre qui indique fréquemment plus de 17km/h malgré la boue.

Une petite descente un peu technique avec quelques cailloux, j’en profite pour accélérer, j’arrive à prendre quelques mètres, mais Christophe revient au bénéfice d’une partie suivante plus roulante. Un peu plus loin, un second essai pour moi, mais le scénario se répète. Impossible de la lâcher, ou alors juste un instant, puis il revient systématiquement.

Je me décide à le laisser mener, n’espérant plus qu’un retour de Manu. Je commence à sérieusement regretter d’être parti en sauvage sans lui. Mais il est trop tard pour faire marche arrière ! Je n’arrive pas à lâcher mon adversaire et sa petite frontale Tikka malgré ma frontale Petzl Ultra bien campé sur mon front, et pourtant, je reste sur ses talons sans aucune difficulté.

Traversée de forêt par petits single, c’est tortueux, ça n’avance pas bien vite, mais Christophe, qui mène, avance gère bien l’affaire quand même. Je reste tranquille derrière puisqu’il ouvre la voie ! Nous ressortons de la forêt avec une bonne relance de sa part, pas le temps de souffler !

Encore quelques passages de chemins de vignes ou nous immergeons les pieds, puis une longue piste calcaire, ou la vitesse s’emballe…plus de 18 ! L’allure est rapide, je m’accroche à cette vitesse qui n’est pas franchement celle dont je suis habitué en trail, mais ça tiens !

En bout de piste, petit travers champs à gauche, nous partons pour la dernière portion technique…humide…

Nous arrivons dans le fond du ru. Le sentier le traverse à plusieurs reprises. Je ne prends même plus la peine d’y prêter attention, je traverse les pieds dans l’eau. A la troisième traversée, je me fait surprendre par une ornière et me retrouve à quatre pattes…avec réception genoux et mains…dans les ronces ! Christophe prend des nouvelles en m’ayant entendu tomber, pas de soucis…mis à part pas mal d’épine dans les mains et les genoux en sang !

On ressort de se bourbier par une traversée de tunnel, pieds dans l’eau, histoire de rincer tout ça ! Puis mur à monter à la sortie à droite !

Ca glisse pas mal, mais nous nous hissons là haut pour repartir d’aussi belle !

Il relance, je repasse, il remmène, nous nous entraînons l’un l’autre chacun notre tour entre les vignes !

Traversée de champs en dévers, nous avons un problème de balisage, pourtant, de l’autre coté de la clôture, des bénévoles attendent sur un pont…mais nous ne savons pas comment les rejoindre. Brèves réflexions, tant pis, nous « coupons ». Pour cela, nous nous faufilons sous les barbelés, dévalons le talus, traversons le ruisseau de l’eau au genoux pour ressortir sur le talus d’en face, et une vingtaine de mètre plus bas retrouver le pont !

Au pont, il faut prendre à droite, et monter direct dans un mur…marche oblige !

Je prends quelques mètres sur Christophe. En haut, je temporise, il revient, nous repartons ensemble pour les derniers kilomètres. Plus aucunes difficultés au programme. Et il est trop rapide pour espérer quoi que ce soit, je reste donc à ses coté et nous faisons route commune vers l’arrivée.

Je suis surpris de ne pas rejoindre le château directement, nous devons redescendre jusqu’à la route, tout en bas. Et à la route, Christophe, qui a une pointe de vitesse plus importante, accélère sincèrement, je ne peux suivre. Il reste 50km demain, ce sera largement suffisant pour moi !

Je poursuis jusqu’à l’arrivée en gardant la même allure. Nous rentrons dans l’enceinte du Lycée du Briacé à pleine vitesse, Christophe avec 50m d’avance, puis se sont les dernier 400m qui nous permettent d’atteindre l’arrivée.

Je termine donc second de cette première étape nocturne, à 8’’ du surprenant vainqueur.

 

RESULTATS du 21km Nocturne

1. Christophe               LE LUHERNE                        01:22:55 15.63

2. Erik                        CLAVERY                             01:23:03 15.61

3. Emmanuel               GAULT                                 01:24:45 15.29

4. Xavier                    CESBRON                             01:28:19 14.67

5. Grégory                  VERRIER                               01:29:05 14.55

6. David                     COTIN                                 01:29:56 14.41

7. Didier                     DOUILLARD                          01:30:13 14.37

8. Pascal                    BALDUCCI                            01:30:40 14.29

9. Pascal                    LERAY                                 01:31:52 14.11

10. Jean Louis             LECHAT                                01:33:00 13.94

 

La course terminée, Manu et moi filons prendre notre douche avant le podium puis prenons la direction de la maison. Quelque souvenir d’Uzès de la part de mon Manu (sous forme de Haribo !!!), petite discussion bien sympa avant un petit dodo bien nécessaire avant la longue course de 50km du lendemain.



15/03/2011
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres