/// Erik ... à suivre ... \\\

/// Erik ... à suivre ... \\\\\\

Welcome to Paradise ! Le Dodo Trail...

Welcome to Paradise !

Le dodo Trail. 52km, 3500m de dénivelé.
Quand on regarde le profil, ça fait peur! Et bien en fait, c'est pire que ça!!!

 

 

 

Tout à commencé le 14 juillet, à l’aéroport Charles De Gaules. Assis dans le hall d’embarquement, quelqu'un vient à ma rencontre. « Bonjour, Erik ? » « Oui… » « Laurent Valette »…enchanté !

Et l’histoire commence. Nous faisons connaissance. Meije, Erwan, Mélissa l’accompagne.

Nous montons dans l’avion. Vol de nuit, nous partons le soir. Le soir du 14 juillet.

Chouette, j’ai un hublot ! On va peut être voir des feux d’artifice !

Chouette, un vol de nuit, je vais peut être pouvoir dormir après la piètre nuit précédente ! Soirée des Francofolies annulées à cause du vent, un superbe hôtel sur le port…mais avec un chien qui aboie juste au dessous de la chambre toute la nuit…je n’ai pas dormi beaucoup !!

 

20h30, décollage. Direction l’hémisphère Sud !

La nuit tombe, nous arrivons vers les Alpes, et pas manqué, de tout petit feu scintille 10.000m plus bas.
Marrant !

 

Nous quittons l’espace aérien français…plus de feux. J’essaye de dormir mais n’y parviens pas, je regarde un des films proposé. Le vol passe, la nuit avec, et le sommeil et difficile à trouvé. Quelques petits sommes, mais rien de bien réparateur ! Je réussis difficilement à dormir 3h tout au plus.

Le soleil se lève au dessus des nuages, l’atterrissage est proche pour l’Ile Maurice.

9h15, nous y voilà !
Descente de l’avion, récupération des bagages, et nous sortons.

 

Yan nous attend. Yan de Maroussem, l’un des organisateurs, le traceur du parcours. Yan, notre hôte.

Les présentations faites, direction Flic En Flac, sur la cote ouest. Il faut traverser l’ile.

Lolo et moi montons dans le pick-up de Yan, les femmes et enfants dans la navette avec leur chauffeur-guide !

 

1h de route, et nous découvrons l’hôtel ou nous allons séjourner la semaine durant : La Pirogue. Un hôtel de rêve en bord de lagon, des huttes individuelles enfin presque, deux chambres par case. Piscine, transat, bar sur la plage, … un petit paradis !

 

Après avoir fait connaissance avec Yannick Doger de Spéville, le coorganisateur, nous partons profiter
tranquillement de la plage et faire une petite…sieste !

 

La soirée arrive, nous retrouvons au restaurent Lolo, Mélissa et les enfants… Le buffet est monstrueux ! Il ne faut pas être gourmand ! Malheureusement…je le suis ! L’enfer au paradis ?!?

C’est le ventre plein que nous rejoignons notre lit. Sommeil difficile…trop mangé !

 

Le lundi, nous passons une bonne partie de la journée en compagnie de notre guide Yan, avec Céline et Laurent.
Qui nous emmène tout là haut, en visite sur « son » Morne. Vu magnifique, panorama à couper le souffle…vertigineux !

Nous redescendons, et partons pour une reconnaissance en pick-up des points forts de la course. Les points de ravitaillements, quelques points de vue, Yan nous prépare à l’épreuve et est au petit soin pour nous !

Ca va être … compliqué !

 

Retour à l’hôtel, nous profitons.
Plage, buffet, transat, coucher de soleil…

 

Mardi, journée décompression, nous partons avec les Valette dans l’Est de l’Ile, pour une excursion en
catamaran sur l’Ile aux Cerfs. Temps mitigée, paysages magnifiques !

Plongée, lagon, visite de l’ile, cascade, barbecue sur le bateau. Tout y est !

 

En soirée, on se remotive, et avec Laurent, on se décide à un petit footing. 30’, départ tranquille, finale un peu plus soutenu ! Un petit footing au coucher du soleil sur la plage, c’est bien agréable !

 

Le lendemain, mercredi, nous partons à l’aventure avec Céline…nous prenons le bus pour les chutes de Takama…via 4 bornes…

Ce sera 2h30 de bus pour faire 30km ! Mais une immersion dans la société mauricienne, une rencontre avec un universitaire, est de superbe cascade…un peu sèche.

Retour via le même moyen de locomotion, même durée, et retour sur notre plage pour s’étaler quelques minutes !

 

Jeudi, c’est la conférence de presse et la présentation des coureurs. Elle a lieu à 15h. La matinée est tranquille, pas le temps d’aller vadrouiller loin, alors nous accompagnons Lolo et Mélissa pour une virée bateau dans le lagon et un peu de plongée pour dire bonjour aux poissons. Moins nombreux qu’à a Réunion, mais ils se portent bien !

La conférence de presse quant à elle se déroule très bien, à l’image d’une grande organisation Ironmanesque, dans le parc de l’hôtel de la Pirogue.

S’ensuit une petite séance vidéo sur le ponton à bateaux du lagon avec l’équipe « d’Eruption vidéo ».

La journée se termine par un sympathique couché de soleil…sur le lagon.

 

Vendredi, veille de course. Seule obligation, le briefing de course de 18h. Céline et moi partons en visite.
Direction le nord de l’Ile et visite du jardin de : Pamplemousse ! (la ville de Pamplemousse !)

Le 3ème plus beau jardin du Monde ! Effectivement, même si c’est l’hiver, c’est un beau…et grand jardin ! Visite sympa !

Puis Port Louis, la capitale…et passage par le marché.

Retour en milieu d’après midi à l’hôtel pour terminer par un bain de lagon bien mérité !

Le briefing se fait sous la direction de Yannick et Eric, soufflé par Yan pour le parcours, et conclu par
Krish pour l’aspect sécuritaire.

Parcours en 3D, explications détaillées en français et anglais…nous sommes prêts et terminons la soirée par notre buffet quotidien en compagnie de Yan et sa femme, Eric et sa famille, Lolo, Mélissa et leurs enfants. Grande tablée !

Encore un gros repas ! Le ventre lourd, direction le lit !

 

Couché tard…réveil tôt !
Deux heures de sommeil !

 

A 3h, je retrouve pas mal de monde à l’accueil de l’hôtel.

Nous montons dans les deux bus à destination du départ, à 45’ de l’hôtel, pour terminé par des pistes chaotique.

 

Le départ est fixé à 5h du matin au pied du Morne, le Morne de Yan, au bord du lagon. Des flemmes partout, musique, lumière, c’est la fête sur la plage !

 

Je suis prêt, en tenue de bataille ! J'ai opté pour mes classique Fuji'es Attack, que j’ai adopté depuis maintenant presque deux ans ! Un short et le teeshirt de l'organisation, obligatoire.

On nous a annoncé un grand beau temps pour aujourd’hui, j’ai donc mis ma visière.

Le départ de nuit, 1h30 en nocturne pour débuter, je prends la frontale petzl Myo XP.

En ravitaillement, j'opterai pour la ceinture double porte bidon et de la boisson et des gels MX3. Ca devrait suffire pour les durées de tronçon annoncé.

Il y a également un peu de matériel obligatoire, ravito, frontale, couverture de survie, sifflet… je bourre tout ça dans la ceinture…ça rentre tout juste !

 

Je pars trottiner sur la piste le long du lagon. Cette piste qui nous emmènera tout à l’heure sur les premières pentes de la course. Presque 6km plus loin.

Une bonne demi-heure d’échauffement dans l’obscurité. La température est déjà agréable.

Je reviens sous l’arche de départ pour le dernier petit briefing et les derniers conseils.

 

Sur la ligne, quelques beaux noms. On retrouve parmi eux, Pascal Blanc second de la diagonale des fous 2010, derrière Kilian Jornet, le réunionnais René Paul Vitry qui gagne tout à la réunion cette année et qui à l’air plutôt en forme, et quelques autres bons locaux.

 

Le départ est imminent, je suis tranquille en deuxième ligne en train de discuter, sans stress, quand le départ est donné !

C’est parti pour un début de course qui commence par 5,5km de plat. D’abord de la piste, puis 2,5km de route.

Parti en retrait, je reviens devant rapidement par les coté du chemin, puis je prends les commande et me décide.

Je pars sur un bon train pour présélectionner un peu ! Seul René Paul suit.

J'ai un tendon un peu douloureux et je ne veux pas trop prendre de risque en montée. Les descentes sont très techniques, ce qui est loin d'être mon point fort, alors je prends de l'avance là où je peux…c'est-à-dire sur les rares portions de plat du parcours !!

Je relance régulièrement et c’est à 16km/h de moyenne environ que je termine cette portion plate avant de quitter la route et de bifurquer dans un champ.

Après 200m de plat, place à la montée. 600m de dénivelé non stop. Dans un premier temps sur de la piste en lacet, puis sur du sentier de chasseur à la Mauricienne. Vertigineux par moment, très raid souvent!

RP s'en va, je suis de loin, à mon allure raisonnable. Le tendon est tendu!

Au sommet, Piton du Fouge, une petite crête. Deux coureurs me doublent. Un jeune réunionnais et un mauricien. Je ne les suis pas longtemps. Sentier très sinueux entre les arbres, je suis pratiquement à la marche!

Bientôt la descente sur R1.
Descente technique, sicots d'arbres et trous, en plus du dévers. Compliqué!

J'arrive au ravitaillement. 12km.

Eric m'annonce 1' de retard. Je laisse aller, la course est longue. Je repars par une route presque
plate, puis sur des passages de roues en bétons.

 

Retour sur un chemin de chasseurs. Direction un piton intermédiaire. Piton Cannot.

D'abord sur un sentier de crête très technique, sinueux, étroit et sol instable, je progresse presque en
marchant ! Je me prends une douzaine de branche ou d'arbre incliné dans la tête, trop occupé à regarder mes pieds et les obstacles au sol !

Dernière rampe. A gauche, je surplombe le lagon, la vue est magnifique et le jour qui se lève progressivement. Vertigineux !

Je pousse pour continuer à monter. Le sommet arrive enfin. Le soleil c'est levé, j'éteins la frontale. Je
bascule rapidement vers PK2. Le début de descente est technique,  et puis s’adoucie pour devenir roulante. Une rambarde, Yan nous avait indiqué le ravitaillement 600m après le début de cette barrière. Je relance.

Juste après, Eric m’encourage, et m’annonce 5’ de retard, suivi de Yan lui-même. Je lui laisse au vol ma frontale. Le jour est maintenant bien présent.

Je prépare mes bidons pour les remplir à nouveau. La portion suivante s’annonce difficile et pus longue que les autres, il faudra donc bien prendre soin de s’alimenter et de remplir les bidons !

J’arrive au kiosque du PK2. 16km.

Datzé, la femme de Yann, remplie mes bidons, je me ravitaille en parallèle, je bois beaucoup, il fait déjà chaud.

Je reprends mes bidons et repars.

 

C’est maintenant en direction du sommet de l'île. Piton rivière noire, 828m d'altitude, que je me dirige.

Je repars pour un "single chasseur" à travers la forêt, ca monte, ça descends, ça tournicote, c'est étroit, pas moyen d'aller bien vite ! Dure d’avancer en courant…La portion est longue. Le prochain ravitaillement est loin...8km...mais 8km à très faible allure !

Et puis ça commence à monter, progressivement, puis quelques portions très raide, de la boue, dure de progresser, ça glisse, il faut parfois s'accrocher aux arbres pour monter !

Ca se dégage enfin sur la fin de la montée, plus d'arbre, mais toujours aussi glissant. Progression délicate. Le sommet est à vue. Un peu de brume, il fait frais.

Enfin le sommet, la vue se dégage, vent frais, secouriste en guise de supporter, c'est reparti. Petite descente rapide sur single de terre. Retour à une végétation plus généreuse, et bain de pied dans la boue. 700m sur ce sentier de crête pour atteindre le second haut sommet, baptisé "Grand Piton". Ca ne va pas vite...mais ça avance !

 

Petite cote, second sommet. Je redescends. Descente technique à la corse, avec des cordes en assurance. Et puis le sentier devient "un peu" plus propre, mais la progression se fait quand même lentement. Plein de petits virages qui empêche de se lancer.
Des rochers à sauter. Des cailloux qui roulent.

Un nouveau sommet, de nouvelle pente de fou. Même scénario. Avec cette fois des cordes, et chaine pour se hisser jusqu'en haut !

En haut, descente très raide dans les rochers, désescalade ! Beaucoup de cordes pour s'assurer. Toute la descente est très technique, ça me parait interminablement long !

Ca l'est ! Je progresse lentement, prudemment.

En fin de descente, un Rodriguais revient sur moi, tranquillement ! Moi je prends mes précautions, incapable d'aller plus vite dans ce champ de caillou ! J’arrive à m’accrocher à lui.

On arrive finalement ensemble en bas, sur une piste.

Encore 500m sur une bonne piste et nous arrivons ensemble au R3. 24km. Kiosque Gorges.

 

Il s'arrête plus longtemps que moi, je repars avant, et traverse un gué en m'immergeant complètement les pieds. Un rafraichissement bien agréable !

Encore quelques mètres et c'est le début de la montée. 6km de montée à 10/12% sur une piste. Je suis motivé, ma douleur au tendon c'est estompé, j'y vais.

Je rattrape pas mal de coureur du 32km. Ils viennent juste de partir. Et puis rapidement, je double le Mauricien 3ème. Vishal Ittoo et son maillot jaune.

Je poursuis, toujours à mon petit train, tout en doublant les coureurs du 32km, sans marcher.

Pas loin après, je double le jeune réunionnais second ! Jean Eddy Lauret.

Je poursuis ! Pas trace de RP...il doit être bien devant. Je cours jusqu'en haut à bonne allure en slalomant les coureurs du 32km. Toujours au même train.

 

J'arrive au ravitaillement, après une petite portion un peu plus roulante de 500m. Et même une petite descente sèche.

On m'annonce premier ! Il me semblait pourtant qu'il restait René Paul devant ! Bien que perplexe, je me laisse à croire à ce que les pointeurs m'affirment.

Remplissage de bidon, arrosage pour se rafraichir, il commence à faire bien chaud...et derrière arrive un réunionnais.

Je repars vite. Ils sont bons ces réunionnais dans les descentes, et celles qui se présentent sont annoncées très technique.

 

"Zépol" d'abord. Il s'agit en fait d’une longue volée d'escalier, mais très boueux…et très pentue !
Ca glisse ! Un petit rappel de la Réunion.

En voulant prendre appui au pied d'un arbre, mon pied glisse, et je me retrouve à cheval sur l'arbre...je l'ai échappé bel, ça aurait pu me faire très mal à l'entre jambe !!!

Je me relève en évitant de justesse les crampes qui commencent à se faire ressentir...et repars. Je nenégocie pas trop mal cette première descente.

Je reviens sur une portion commune de la piste que nous venons de monter. J'allonge. Après 500 bons mètres, sentier sur la droite. Deuxième descente : "fil". Ca descend très raide, mais ça glisse bien sur cette terre poussiéreuse et je descends en patinant.

J'arrive en bas, le réunionnais ne m'a pas rattrapé. Maintenant, c'est 1500m de piste plate, puis encore 1500 de route. C'est mon dada, j'avance bien. Je relance.

 

Avant de reprendre un sentier en montée technique le long d'une propriété privée, Tan de l’équipe vidéo m'annonce premier...je leur demande si elle est sure d’elle, je croyais être second, elle me l'affirme...bon ben je n'ai pas du voir celui qui me manquait lorsque je l'ai doublé...ou il a abandonné...ou...ou…

Je maintiens le rythme, sur motivé.

10 bonnes minutes de montée, un replat avant de passer une échelle au dessus d’une haute clôture pour entrer dans la propriété de chasse privé. Je continue à doubler des coureurs du 26km.

Après quelques minutes, la propriété se transforme en décor de savane. Magnifique. Une herbe roussie, quelques arbres épars, et notre piste qui sinue dans cette mini-plaine africaine.

 

Direction le R5 sur une bonne piste en faux plat descendant, interrompue par une bosse de 5' bien raide. Je maintiens ma course au train. Un coureur du 26km s’accroche à distance et me pousse à continuer ma course.

Redescente direct direction le ravitaillement du 38km.

J’arrive donc au R5. L'équipe vidéo est encore là, et m'encourage à nouveau. Je m'arrête, m'arrose, rempli mes bidons, mange une banane et je repars dans un faux plat montant sur une bonne piste pendant 500m.

Maintenant, direction "la Tourelle" ! Dernière difficulté, mais pas des moindre.

Après 500m, virage à gauche pour un chemin. Nous retrouvons le parcours du 14km. D'entrée, la pente est très raide. Mais ce n'est que l'échauffement. Je double quelques familles du 14 km qui marche en appréciant le paysage.

S'ensuit un premier mur. Tout droit dans la pente jusqu'au sommet. Premier chemin de croix !

Une file de marcheur s’étire tout au long de la montée, je ne peux courir, je prends un bon tempo en marchant.

En haut du mur, je me retourne, personne en vue. Il me reste une descente, puis l'immense rempart vers le sommet de la Tourelle. Le chemin est simple : droit dans la pente ! Pas de lacets superflus !

Descente, belle pente, sur de la poussière glissante. Prudence. C’est glissant !

J'arrive en bas sans gamelle (pour une fois !) et repars dans la dernière ascension.

 

Les jambes commencent à chauffer.
Je commence en courant. Malgré le pourcentage, c'est un bon chemin et je peux courir.

Puis une échelle par dessus un grillage. Séparation de propriété. La 7ème que nous allons traverser.

Les choses changent. Maintenant, la piste fait place à un chemin de chasseur. Des pierres…et de la pente ! La marche s’impose ! Je rattrape un coureur du 26km, et continue mon ascension. Toujours personne en vue derrière.

J’enchaine les portion de semi escalade, de rochers, de crête, et arrive au dernier ressaut à escalader.

550m d'altitude. Après quelques portions presque en escalade et des passages avec corde, j'arrive enfin au sommet. Les jambes sont douloureuses, mais c’en est terminé pour les montées !

Il faut maintenant descendre.

La descente est aussi compliquée que la montée. Très pentue, glissante : vigilance. De la poussière, du petit single.

L'avantage des descentes raides comme ça, c'est qu'on arrive plus vite en bas !

La descente se termine plus en souplesse, je redouble quelques coureurs du 14km, qui eux ont été épargné du sommet de la Tourelle du Tamarin.

Une fois en bas, je rejoins une route goudronnée. Quelques 500m de bitume. Je maintiens une bonne allure malgré des jambes un peu raides !

J’enchaine sur 1km le long d'une rivière sur de gros blocs rocheux, progression lente, avec une petite immersion des pieds dans l’eau.

J’arrive enfin au village de Tamarin, que jetraverse pour arriver au stade municipal. C'est le dernier ravitaillement, R6. 48km. Il en reste 4.

Se sera 4km de plage.

 

Au stade, arrosage abondant, il fait chaud. Je bois, mange...et je repars sous les encouragements des
bénévoles.

 

Je traverse une route et rejoins la plage et voilà 4km à longer le lagon, dans du sable pas toujours vraiment dur !

 

Au bout d’un kilomètre, je quitte momentanément la plage pour un petit passage de 800m en sous bois. Petit sentier ombragé bien agréable sous les arbres.

Au bout de 800m, retour sur la plage pour les derniers 2,5km sur la plage pour rejoindre l'Hôtel la Pirogue où est jugée l'arrivée.

Je progresse comme je peux, 12 à l'heure. Pas bien rapide, mais j'en ai plein les jambes et le sable est pas forcément idéal pour un bon rendement !

Je passe devant les hôtels ou bronze les touristes sur leurs transats…vivement que j’y prenne place aussi après l’arrivée ! Et puis à gauche…le lagon qui me nargue aussi…

 

La Pirogue arrive bientôt, le ponton est en vue !

Enfin, je quitte la plage pour terminer les derniers mètres sur la pelouse de l’hôtel et enfin franchir l’arche d’arrivée, avec Yan et Yannick, chacun d’un coté, qui m’accompagne.

J'arrive au terme de 6h44 de course (pour 52km !!!), une moyenne lente, très lente, mais au vu du parcours, normale !

Eric au micro, très bon speakeur, et un accueil avec les organisateurs formidable.

Je réponds aux journalistes locaux, en attendant le second qui ne tarde pas à ce présenter. Il s’agit que René Paul, qui arrive 4 minutes après, que j’ai doublé sans m’en rendre compte dans la montée de la mi parcours.

René Paul, un réunionnais en forme qui n'en laisse pas passer beaucoup sur l'Ile de la Réunion et que je suis content d’avoir pu battre !

 

Et puis les arrivants s'enchainent sur la ligne d'arrivée, je parade devant les photographes avec le Dodo mascotte, avant un petit bain dans le lagon !

 

Dans l'après midi, c'est la cérémonie des récompenses. A l'image du reste de l'épreuve, un grand spectacle, une grande réussite.

Enchainement des courses, des catégories, avec comme enchainement une danse locale menée par les animateurs de l'hôtel, les même que ceux qui animent les soirées de l'hôtel.

Une cérémonie bien dynamique et rondement menée !

 

Et puis les derniers récompensés, la compétition est close, le site se vide, et il est puor nous bientôt l'heure d'aller manger !

Nous nous retrouvons avec Yan, Eric, Laurent et leurs familles pour une soirée qui se termine tard sur la piste de danse.

Mais il faut aller se coucher pour quelques heures de sommeil, car il faut repartir à 6h le lendemain matin direction l'aéroport pour un retour en France ! Courte nuit...

 

10h d'avion en retour...10h de film non stop !

1h30 de navette bus Aéroport Charles de Gaules-Gare Montparnasse

2h10 de train Gare Montparnasse-Gare de Nantes

30' de voiture Gare de Nantes-Maison, avec mon père qui est venu exprès, à 0h30 pour nous reconduire chez nous !

...et le lendemain, 8h00, je reprends le travaille à Vertou !

 

 

Superbe organisation, magnifique parcours, une course à faire ! Un vrai paradis !

 

 

 

Nom                             Classement               Temps         Gap                         Pays

 

Erik CLAVERY              Winner                       06:44:37    00:00:00                 France

Rene Paul VITRY        Second                        06:48:36    00:03:59                 Réunion

Jean Eddy LAURET      Third                          06:54:53    00:10:16                 Réunion

Pascal BLANC              4                                 06:58:59   00:14:22                  Réunion

Mico Yvon CLAIN        5                                 06:59:28    00:14:51                 Réunion

Vishal ITTOO              6                                 07:14:09     00:29:32                Maurice

Simon DESVAUX DE MARIGNY 7                   07:19:17    00:34:40                 Maurice

Jenifer SMITH            8                                  07:29:52    00:45:15                 Maurice

Jean Luc LEBON         9                                  07:56:42    01:12:05                 Réunion

Philippe LA HAUSSE DE LALOUVIERE 10      07:59:45    01:15:08                 Maurice

Gino RIVIERE              11                              08:02:23     01:17:46                Réunion

 



06/08/2012
5 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres