/// Erik ... à suivre ... \\\

/// Erik ... à suivre ... \\\\\\

Bouguenais Nature, 20km et une Victoire !

Je sors d'une bonne semaine d'entrainement digne d'une préparation Ironman. 350km de vélo, 6 entrainements natation, 4 à pied, et une séance de seuil prévue dimanche. Vendredi, Quasy me parle de la course nature de Bouguenais. Ma collègue Véronique y va aussi…mais je suis d'astreinte…tant pis, je m'arrange avec un collègue pour faire le transfert d'appel pendant la durée de la course.

Je m'inscris !

Vendredi soir, petite séance de fractionné très court dans le parc de Procès, le long de la Chézine avec Xavier.

Samedi, accompagné de Xavier et Julien, sortie vélo de 2h00 tranquille en guise de pseudo préparation à la course du lendemain, sans oublier les sprints de chaque panneau !

Dimanche matin, réveil 7h20, pas de grasse mat' cette semaine…comme toute les semaines !

7h50, départ pour Bouguenais, c'est juste à coté…tant mieux !

Il parait que la course est très sympa, avec des parties de Marais, d'autres avec vue imprenable sur Nantes. On verra…

8h10, sortie du périph' direction Bouguenais, je me retrouve derrière la voiture de Xavier.

8h20, arrivée sur place, pile à l'heure au rendez vous malgré les ralentissements pour arriver sur le site. Sitôt arrivé, direction la tente d'inscription pour retirer les dossards…Quasy ne trouve pas le sien, et pour cause…dossard préférentiel ! Nous patientons dans la file d'attente, un déluge nous arrose…la course promet d'être sympa ! Xavier hésite à prendre le départ, moi je suis impatient…fan de ces conditions difficiles !

Un petit coucou à Véronique dans la file d'à coté, je récupère mon dossard, puis on s'abrite tant bien que mal, à l'abri des trombes d'eau…

Retour à la voiture, changement express puisque la queue au dossard nous a fait perdre du temps. La pluie c'est calmée, mais c'est sous un crachin qu'on rejoint à grande vitesse la ligne de départ en bas dans la carrière à près d'1 km ! Ca servira d'échauffement !

La route est détrempée, nous arrivons sur le site de la carrière déjà bondé de monde. Nous sommes déjà trempés, et avec David et Xavier, un petit tour en plus nous permet « d'affiner » notre échauffement !

Retour sur la ligne, tout le monde se met en position, ca représente un bon paquet, amassé derrière la ligne, je suis en deuxième ligne, je vois le starter avec le pistolet…il tire.

Les fauves sont lâchés. Les coureurs du 10km partent avec nous, qui partons pour 19,9km.

La pluie disparait petit à petit.

Le départ se déroule sur une prairie aux appuis instables. Passage d'un fossé, je me place immédiatement dans le wagon de tête. Juste derrière moi, Quasy, juste devant, D@d qui part pour le 10km. Je me retrouve a peu près autour de la 10ème place.

Après 300 mètres, retour sur du chemin. Je cours sur le bas coté pour me placer à l'avant-garde de la course. Je n'arrive pas à bien reconnaitre les coureurs de 10 et de 20 km malgré le dossard que portent dans leurs dos les coureurs du 10. Pour être sure, une seule solution…courir devant !

Je me place en troisième position juste avant de rejoindre un bout de route. Le départ est rapide, mais je me sens bien. Virage à gauche, la route laisse place à du chemin, le chemin devient étroit, je passe devant et accélère légèrement. L'écart est immédiatement visible, je prends, 10 puis 20 mètres à l'entame des premiers virages.

Je me retourne, D@d est dans le groupe, avec Quasy, bonne nouvelle, ca avance bien, ils sont présent, de bonne augure pour le résultat final !

Le chemin débouche sur un chemin sablonneux je prends les cotés pour avoir des appuis moins fuyant. Je stabilise l'écart avec mes poursuivants. On ressort de cette partie, puis passons devant la base nautique avant d'arrivée dans les marais. Nous le traversons par un cheminement en bois sur pilotis. Le bois est humide, et malgré les croisillons plastiques posés dessus et mes Asics Attack pourtant bien cramponnée, le bois humide ne peut m'empêcher quelques dérapages ! Heureusement, je suis seul et je peux courir sereinement en prenant le moins de risques possibles.

En sortie de passerelle nous arrivons à nouveau sur une partie bitumée, avec le premier ravitaillement tout au bout. J'ai encore de l'avance, je décide d'attendre mes poursuivants et ralenti l'allure. Je passe au ravitaillement seul devant, en profite pour prendre un gobelet au vol, et poursuit. Derrière, tout le monde met le clignotant pour se ravitailler. D@d à quelques mètres de retard…le manque d'entrainement du à sa blessure s'en fait ressentir.

Encore un coup de frein, et les premiers me rejoignent. Le groupe c'est largement rétréci.  Je compte huit/dix unités maximum. Dedans, Quasy et D@d, mais aussi Fabrice Hervé, un gars du R.C.Nantais que je sens bien pour être prétendant à la victoire, un maillot de Savenay porté par Frédéric Chalon à l'avant du groupe, et quelques autres, dont deux ou trois gars du 10km.

Encore un ralentissement de ma part, et les premiers arrivent à mon niveau. D@d est de nouveau dans le groupe, et à l'arrière du groupe Xavier est encore là…109s au grand complet !

On entame une partie de piste cyclable en bord de route, je suis devant avec le leader du 10km, avec ¾ mètres d'avance. Tout à coup, j'entends « la pancarte ! »…c'est David qui m'encourage à faire le sprint à la pancarte du village…comme sur le vélo ! Je fais un semblant d'accélération puis me calme et évite de me faire remarquer !

Virage à gauche, on retrouve un sentier, je reste derrière, le train est bon, derrière un petit trou se creuse. Mon meneur faibli un peu, un petit groupe de 3 revient, il y a Fabrice, Frédéric et un autre coureur. Frédéric Chalon prend la main, les deux autres restent derrières, quant au leader du 10km, il décroche de notre wagon.

Je me retourne, David s'accroche pas loin, et Xavier à une bonne allure…

Nous retrouvons le passage sur pilotis. Je prends toujours garde à ne pas me retrouver au sol en glissant dessus. A plusieurs, les planches ont tendance à bouger et à faire des mouvements de balanciers, perturbant la foulée. Bref, ca ne nous empêche pas d'avancer !

Nous bouclons cette première boucle et repassons sur la portion de route du début.

Nous sommes 3. Je suis en deuxième position. Le trou est fait sur les poursuivants, et nous tournons à gauche pour emprunter un petit chemin. Au bout de quelques mètres, nous arrivons au pied de notre première cote. L'ascension se fait via un escalier. J'emboite la foulée de Frédéric. Je suis particulièrement à mon aise derrière, certainement les dénivelés avalés lors de mes précédentes épreuves. Derrière, Fabrice souffle de plus en plus fort, ce qui ne m'est pas désagréable !

En contre bas, alors que nous arrivons en haut, le 4 et 5ème entame leur montée, le trou est bel et bien fait.

En haut, le sentier est étroit, peu technique par rapport aux chemins habituellement empruntés sur les trails de montagne, et même pour moi qui ne suis pas technicien, je suis facile. Pourtant, devant moi, il est hésitant et il n'a pas l'air serein.

Je piétine un peu pendant quelques mètres et profite d'un léger élargissement juste avant une petite descente pour passer devant et dérouler.

En quelques mètres, mon écart augmente. Le kilomètre d'après, je ne vois plus personne derrière. Tout bénéfice pour moi qui ai fait un maximum d'écart en un minimum de temps et en m'employant un minimum !

Je retrouve rapidement les premières maisons du village, un bout de bitume, et un ravitaillement. Je chipe un gobelet au passage sans m'arrêter. Le chemin n'est pas suffisamment droit pour me permettre de voir mes poursuivants, je maintiens une bonne foulée sur cette partie bitumée en faux plat montant.

Retour dans la forêt. Fini les chemins étroits, ce sont maintenant de larges allées en terre qui nous permettrent de courir facilement…et qui me permettent de gérer mon écart avec Frédéric.

Je suis seul, je me fie au balisage de peinture et de rubalise pour progresser facilement.

Je retrouve quelques maisons, longes la civilisation et retrouve bien vite les chemins champêtres. De temps en temps, quelques bénévoles et spectateurs qui ne manquent pas de m'encourager.

Derrière, l'écart se stabilise. J'accélère légèrement sur les parties roulantes, et me permet un petit ralentissement dans les parties moins propices.

Je profite d'un petit single VTT bien technique pour me faire plaisir et le passer à fond, exercice de style où je dois éviter arbres, pierres et racines tout en enjambant la végétation qui piétine sur le chemin.

Je ressors de ce petit single de 400 mètres et reviens sur le chemin qui me ramène à la route…toujours personne derrière. Petite partie de route, je relance, et retrouve les larges allées du milieu de forêt. Elles font plus de 500m en rectiligne. Non seulement je vois mon second, mais également le troisième…et j'ai le soulagement de voir que j'ai un peu de marge. 47' au chrono, si tout ce passe bien je suis de retour à la carrière en 1h20 maxi, il faudrait qu'ils me reprennent la bonne minutes que j'ai d'avance en 30'…je suis au train, ca devrait le faire !

Nous quittons notre grande allée pour une un peu plus petite, parsemée de mare d'eau. Les pieds sont vite trempés ! Je réussi quand même à préserver mes chaussures des flaques de boues qui jalonne le chemin en slalomant entre.

Le balisage nous indique un nouveau single à prendre sur la droite. Le VTT qui me précède depuis que je suis devant à tourné à droite…je passe entre les deux buissons et continu ma progression sur le sentier.

Le terrain change du tout au tout. Plus besoin de prendre de précaution, dès le début, je m'enfonce au cheville dans la boue…maintenant, en plus d'être trempés, mes pieds sont tout marron !

Je patauge, essaye de courir sur le bord du chemin, dans la végétation, où les appuis sont meilleurs…mais la densité de la végétation m'en empêche bien souvent…et je retrouve la boue, manquant par moment de me retrouver à plat ventre dedans…attention…terrain glissant !

Dans le dernier virage qui nous permet de ressortir du bourbier, ravitaillement. Un verre d'eau tout en filant et je jette le gobelet un peu plus loin…dans la poubelle mise à disposition pour cet effet.

Je coupe à travers un espace vert, et retrouve mes larges allées toutes droites qui me permette d'être en point de mire de mes poursuivants. Heureusement, ceux-ci sont bien 300 mètres derrière.

Une traversée de route, je file. 55' passée au chrono, l'arrivée ne semble pas loin, et pourtant je suis encore à 25' du record d'1h20'. Soit je pulvérise le record, soit on se trompe dans les renseignements qu'on me donne !

Je traverse à nouveau un hameau, retrouve rapidement un chemin de forêt qui monte progressivement puis de plus en plus. Enfin la montée s'arrête et fait place à un faux plat descendant qui me permet d'aboutir en haut d'un escalier en zig-zag, je m'y engage.

A chaque virage, je m'arrache la main sur la main courante pour mieux négocier le virage. Je reste concentré sur mes pas pour éviter de manquer une marche. A tel point que je manque un virage et file tout droit dans un cul de sac ! 2 secondes d'arrêt, demi-tour, et ca repars pour dévaler l'escalier !

Rapidement, j'arrive au bout de ma descente. Je débouche à l'entrée Ouest du parc de la Roche Balluais où est partie la course et où est jugé l'arrivée. Sauf qu'on m'avait prévenu, je ne suis la que de passage car avant l'arrivée, il nous faut remonter jusqu'en haut de la carrière pour redescendre !

Je fais le tour de l'air de loisir, retrouve le chemin du départ, puis arrive à la route. Je glane au passage quelques encouragements des coureurs du 10 km déjà arrivés. A là route, c'est David qui m'attends, il m'encourage, je lu demande son résultat…3ème ! Je le félicite, super, un podium, après plusieurs moi d'arrêt pour cause de blessure au dos…un beau retour !

Me voilà à la route, c'est la dernière difficulté, il faut remonter la route quasiment jusqu'aux parkings…la pente est raide, mais il n'y a personne derrière…je temporise !

Je commence à rattraper les derniers coureurs du 10km.

En haut de la route, virage à droite. On emprunte un chemin en périphérie de propriété, puis on contourne un champ, toujours sur un chemin qui monte…virage à droite le long d'une haie…le chemin s'élève un peu plus.

Je monte tranquillement, tout en doublant les quelques coureurs qui se trouve là.

Une petite montée raide en final me permet d'arriver à un belvédère qui domine la carrière, la Loire et la Ville de Nantes…vue imprenable !

Au promontoire, j'amorce la descente. Une petite descente légèrement technique pour commencée, avec quelques cailloux à esquiver, quelques marches à sauter, et je parviens à une courte portion beaucoup plus technique. Sans prendre de risque, j'essaye malgré tout à m'appliquer à la passer correctement. Un peu loupé !

Quelques marches d'escalier en bois et je me retrouve au niveau de la route. Des concurrents commence la dernière difficulté quand moi j'en reviens…

Je commence à accélérer sérieusement, l'arrivée approchant, ne lâchant rien. A priori, plus que 400. Je suis le balisage, emprunte le chemin indiqué, et à ma grande surprise, juste avant d'entrer sur le champ où il y a l'arche d'arrivée…il faut tourner à gauche !

L'arrivée n'est pas encore pour tout de suite. Il faut avant cela faire le tour du lac de la carrière !!

Je m'embarque dessus, un petit chemin étroit et sinueux, en bordure d'eau. Je m'applique à accélérer et à garder de la vitesse dans les virages, ca passe tout seul !

Enfin, cette fois ci c'est la bonne, je débouche sur une prairie. Au bout, l'arche d'arrivée. Derrière, définitivement personne en vue. J'agrandi la foulée et descend jusqu'à l'arche que je franchi en premier après un peu moins d'1h14' d'effort…record battu…

Je rends mon dossard, ressors des barrières au bout desquels m'attendent Messieurs Ouest France et Presse Océan, avec en prime les félicitations de ma collègue qui mime la photographe, le temps de leur raconter ma course, et le second arrive à son tour dans la carrière 1' après moi l'. Je continu ma narration et mes impressions de course et sur la course, et encore un peu plus tard, j'ai la surprise de voir déboucher l'ami Quasy qui a fait une superbe remontée et qui ne lâche rien pour franchir sur le podium la ligne d'arrivée avec Fabrice aux trousses !

Les arrivées se succèdent, nous sommes venus à 3, nous voilà 3 sur les podiums…carton plein !

Les chaussures et les jambes pleines de boue, nous nous rinçons les jambes dans le lac et en profitons pour laver nos chaussures toutes crottées !

Etant donné que nous sommes 3 sur le podium, nous patientons jusqu'à ceux-ci et pour mon conte, j'en repars avec de bien beau cadeau, surtout pour une course prévue en dernière minute, avec une plante et une paire de chaussure…Salomon !

Ca tombe bien…je devais aller acheter un cadeau d'anniversaire pour ma mère !!!

La journée se termine comme une bonne histoire par 1h30 de vélo en récupération sous le soleil en compagnie de Xavier et David…

 

 

 

 

 

1er Erik CLAVERY                      Team Asics                       1h13'56''

2ème Frédéric CHALON              UA Savenay                      1h14'54''

3ème Xavier CESBRON (Quasy)  A.M.P. Arvert                   1h16'01''

4ème Fabrice HERVE                    R.C. Nantais                     1h16'15''

5ème Thierry FOULHOUX           A.C. Cote de Jade             1h16'48''

6ème Christian BERTHOME        ASPTT Nantes                   1h17'10''

7ème Jean-Noël BOURREAU       MS Chantenay-Nantes      1h17'13''

8ème Didier GUILLMET              Athlé Retz Sud Lac            1h17'51''

9ème Sylvain PIVETEAU             ASPTT Nantes                   1h17'59''

10ème Frédéric BOURGEAUS     ASPTT Nantes                  1h18'41''



27/05/2009
15 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres