/// Erik ... à suivre ... \\

/// Erik ... à suivre ... \\\

Courir pour des Pommes...en "bref"

"Courir pour des Pommes" : c'est fait !
N'ayant pas le temps pour l'instant de faire un récit complet sur ma course de ce weekend, voilà ce qui c'est passé, rapidement. D'un autre coté, pour Monaco, le récit est commencé, j'en suis à la moitié de la natation(!!!), il sera donc peut être bientôt en ligne...???
Bref, ce weekend, une étape importante de mon "début de carrière" de traileur a eu lieu...je suis présent !

Le trail :

33km pour 1150m de dénivelé positif, et manche de Championnat de France de Trail, c'était ce weekend. Entre Lyon et Saint Étienne, petit village tranquille au milieu des pommiers du nom de Genilac.
Au départ, près de 400 coureurs. Devant, un plateau de dernières minutes de niveau national...non, international, puisque Thomas Lorblanchet (Salomon) pointe son nez, lui, champion du monde de trail 2009 et vainqueur des deux dernières éditions des Templiers. Avec lui, Julien Rancon (Puma), second de la coupe de France de course en montagne, et Manu Mayssat, du Team Asics, vainqueur de la coupe de France de course en montagne. Bref, il va falloir plus que de l'engagement pour intégrer le podium !
Afin d'essayer de performer, j'opte pour une paire de chaussure "light"...Asics racer. C'est une prise de risque, les chaussures sont très légères, mais vraiment pas adaptées pour du trail.

Départ 8h30...

Le départ est donné dans le village. Une petite boucle dans le centre, nous repassons devant les spectateurs pour partir sur les chemins, routes et sentiers de campagne. Je reste d'entrée aux avant-postes. Pas de stratégie particulière, mais je souhaite rester avec Thomas le plus longtemps possible, sachant pertinemment que Julien et Manu seront sur ce format de course meilleurs que moi.
Dès la première cote, la tête de course explose. Julien prend les commandes tout en maîtrisant, Thomas à ses cotés, Manu et Moi (les Asics Boys), dans les pieds. Je suis bien, je les suis sans problème pour l'instant, mais derrière, c'est l'explosion. La course est sans que je m'en rende compte dynamitée.

Je profite des descentes pour récupérer, fait l'effort pour rester collé aux 3 autres dans les montées, nous ne sommes plus que quatre. Julien, Thomas, Manu...et moi...cherchez l'erreur !

Bref, le premier ravitaillement arrive, 7ème kilomètre...et je suis encore là. A priori, Laurent et Pascal sont surpris de me voir...mais content, moi aussi d'être encore là !
Nous poursuivons sans nous arrêter.

Quelques hectomètres plus loin, en haut d'une côte, Julien en compagnie de Manu, prend quelques longueurs. Je suis toujours à ma place, comme depuis le départ, c'est à dire en 4ème position. Nous devons être vers le 10ème kilomètre, et ça fait 10km que je me dis que je finirais 4ème!!
Je me retrouve donc seul avec LA référence...mais je me sens bien, bien que je ne me sente pas capable de prendre de relais.

Et puis vers le 13/14ème kilomètre, dans une cote, je lui propose de prendre un relais, il a l'air de souffrir un peu. J'arrive à passer devant et je mène le train, essayant de garder la même allure.

A ma grande surprise, je me retourne pour voir qu'il suit...à quelques mètres.
En haut de la cote, je retrouve Pascal, qui à l'air content de me voir là...moi aussi, toujours! Laurent est juste derrière...pas encore besoin de ravitaillements.
Je poursuis, avec maintenant Thomas à une cinquantaine de mètre derrière.
Les kilomètres défilent, l'écart entre Thomas et moi grandi, je suis en train de partir pour un podium, et devant l'Homme fort du Trail français.
Au fil des kilomètres, je peux voir l'écart toujours plus grand. Parfois, Patrick Bringer (triathlète international), qui entraine Thomas, me donne les écarts avec la tête de course. 1'30"...puis 2'00"...l'écart grandit, mais pas si vite que ça. Par contre, il grandit aussi avec Thomas.

Le sommet de la course, tout se passe bien, le moral est au beau fixe, je conforte de plus en plus ma seconde place et le plus dur est fait!
Descente jusqu'en bas, les pieds souffrent, les ongles crient. Traversée d'un village, pas de ravito, et mon bidon est presque vide, mais Thomas est maintenant loin derrière.
Dernière difficulté importante, je la grimpe en courant petit train régulier, tout va bien malgré des jambes de plus en plus lourdes.
De l'autre coté, le dernier ravitaillement pointe son nez.

Arrivée dans le village, c'est le dernier ravitaillement.
Pascal est là, je lui lance mon bidon vide.
Un peu plus loin, Laurent, je lui prends un bidon plein.
Je lui demande où est le parcours, il me le montre et me dit d'ouvrir les yeux...je file, ils apprécient apparemment tous les deux la tournure des événements...moi aussi !

Devant, ils sont 7' devant, normal, avec la descente lors de laquelle j'ai beaucoup souffert de mes pieds, ils ont du me prendre pas mal de temps...mais il ne reste que 5km...mais à combien de temps est Thomas derrière ???
Plus que 5km...je décide de prendre des risques...j'allonge la foulée, jette mes dernières forces dans la bagarre.

L'avantage, c'est que je perds peu de temps...
L'inconvénient, c'est que je suis obligé de regarder mes pieds pour éviter de me tordre la cheville sur ces chemins qui ne sont pas faits pour des DS Racer !

Au 28ème km, une rubalise au milieu d'une fourche. A gauche, une espèce de station d'épuration, à droite, un chemin qui monte, je n'hésite pas...je monte !
En haut, la route...et pas de balisage ! Une voiture passe et klaxonne, c'est Pascal!
Je suis perdu...où est le parcours??? Je continue un peu sur la route...toujours pas de balisage, le doute, la panique...je ne sais plus, je suis perdu !
Echange de loin avec Pascal, il me propose de me ramener au ravito...trop loin, Je sais que j'ai vu de la rubalise en bas...j'y retourne.
Je ne sais pas combien de temps j'ai perdu, mais à l'évidence beaucoup !
Je reviens à la fourche...et oui, il y avait un panneau indiquant qu'il fallait traverser la station...je suis nul !
Je m'en veux, Thomas doit maintenant être devant, c'est sur.
Il me reste 4km. Je les fais au sprint...

Après 500m, un mur se présente devant moi, les jambes sont très durs après mon effort violent, je marche les mains sur les genoux. J'apprendrais plus tard...stupéfait, époustouflé, étonné, un peu déçu, que Manu, lui aussi aura marché là aussi...mais lui est blessé !
En haut, je vois Thomas devant...il a 25" d'avance, il ne reste plus que 2 km...et il m'a vu...pfff
1km de l'arrivée, ça remonte une dernière fois...mon moral me lâche, je suis trop déçu d'avoir été aussi nul et stupide dans une erreur aussi grossière. Mais jambes me lâche,
Thomas grandit son écart, je serais 4ème.
L'arrivée approche, on m'annonce 3ème...???
Je vois Pascal, puis Laurent, déception.
Je finis effectivement 3ème. De son coté, Manu, esseulé, était reparti pour une seconde boucle. Du coup, il a perdu plus de 10'...il finira 5ème. Derrière encore, avec une bonne course, Benoit franchit la ligne 6ème, et 1er vétéran.
Grosse déception pour la Team Asics.

Nous aurions dû terminer 2, 3 et 6ème, nous finissons 3, 5 et 6ème...tant pis, la course en a voulu autrement, l'erreur fait parti du trail. Celui-ci était bien balisé, les autres ne se sont pas trompés, nous ne pouvons en vouloir qu'à nous !


Le point positif, c'est que j'ai fait une belle course bien qu'avec 3 dernières semaines un peu light au point de vue entrainement.
Je monte sur la 3ème marche du podium, et rapporte un petit souvenir...une pomme en porcelaine ! J'aurais au moins couru pour quelque chose...pour une pomme !


Le weekend est terminé...enfin presque, puisqu'il me restera 8h de train pour retourner à Nantes !!


30/09/2009
8 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres