/// Erik ... à suivre ... \\

/// Erik ... à suivre ... \\\

Merrell Oxygen Challenge : la deuxième partie !

Coach Laurent me propose les bâtons, je n’en veux pas, c’est encore un profile vallonné et je n’ai pas l’habitude des bâtons…profile pas assez délicat pour les prendre. Je vide une cannette de coca, dévore la banane qu’il me tend, mon père et ma mère prennent les photos. Je poursuis en m’arrêtant à peine.

Je laisse mes gants, mouillé dans la bataille, mais surtout lors de la traversée de la cascade tout à l’heure !

Traversées de prés dans les mi-hauteurs, redescente, remontée…

J’arrive à une route, quelqu’un m’encourage vigoureusement, c’est Thierry Breuil. Il m’annonce 40’’ de retard sur Tomtom, et 3’ d’avance sur Sylvain au dernier ravitaillement, je suis satisfait, mais il ne va rien falloir lâcher, et s’accrocher jusqu’au bout pour préserver ma première place des concurrents du Series…ce sera tout bénéfice si je reste sur le podium du 65km.

Je sens l’hypoglycémie venir, c’est trop tard, je vide un gel Maxim 3 doses d’une traite ! Je rentre dans le mur, en haut de la nouvelle montée, la tête commence à me tourner, les jambes sont frêle, un bien bonne hypo comme je les aime ! Mais là, il va falloir s’en débarrasser, il reste quand même une bonne vingtaine de kilomètres !

Une grosse descente, nous arrivons à un hameau.

Thierry est remonté à mon niveau, il me suit en m’encouragement toujours aussi vigoureusement, m’annonce un écart de 5’ sur Sylvain, j’en suis content vu mon état actuel ! Je n’ai « qu’à attendre » que l’hypo disparaisse ! Par contre, il me donne Tomtom à 3’ devant…mais je comprends que l’écart grandisse si vite, la différence entre quelqu’un de bien et quelqu’un …de cuit !

Il me glisse également que Taz revient fort derrière, ce qui me fait un grand plaisir, un peut de renfort Asics n’est pas de refus !

Mes parents et Laurent m’encourage, m’annonçant qu’il reste 19km…alors que je sais qu’il n’en reste que 14, ayant vu un panneau quelques hectomètres plus tôt ! Il m’accompagne une dizaine de mètres en me disant d’aller chercher la deuxième place des Series, (Yoan Meudec n’étant pas rattrapable…s’il gagne le 45km…)…moi je ne veux rien lâcher. De retour sur le sentier, seul, je m’encourage à vive voix.

Le soutien de mes parents, de Laurent, et d’un Thierry si amicale me font du bien, je ne dois pas abandonner…et puis l’écart grandit ! Toutes les chances sont de mon coté.

Je m’aventure dans le bois sur le petit single, descendant jusqu’au fond de la vallée, arrivant au ruisseau, puis remontant.

Quelques minutes de ce petit jeu, quelques regards derrière ; sait on jamais, Taz sera peut être bientôt là et me permettra peut être de me relancer !

Encore une montée raide. Plus haut, je découvre le blouson le l’ami Thierry, me criant ses encouragements, m’annonçant l’approche du dernier ravitaillement un peu plus haut.

Mais pour moi depuis quelques minutes, le moral revient, mon cerveau et beaucoup moins embrumé, beaucoup plus clair !

Je pousse le plus possible, je me remotive. Je n’ai plus trop de force pour un sourire de remerciement à l’égard de Thierry, mais le cœur y est, je passe devant lui, puis il prend mes pas. Un peu plus haut, mon père me mitraille de photo, m’encourage, content de ma progression.

Quelques mètres plus haut, je débouche sur une route…le ravitaillement est là…ouf !

Plus que 9km au programme ! La forme revient un peu…c’est de bon augure !

Laurent me saute dessus, surexcité, toujours au petit soin, me prodiguant encore quelques conseils, me demandant ce que je veux. Je lui prends un coca et une banane. Dans un soupçon de lucidité, je lui demande mes bâtons, sachant la fin du parcours très raide…il les a oubliés.

Il repart en courant les chercher, je poursuis en marchant en avalant mon ravitaillement.

Il revient et me tends mes bâtons. Super…m’annonce Tomtom à 9’…pas grave, c’est lui le plus fort aujourd’hui. Mais me confirme une dizaine de minutes d’avance sur Sylvain. Le calcul est simple. Reste 10km pour 10 minutes d’avance. Perdre 1’ au kilomètre, si je lâche rien…je reste devant ! Je repars de plus belle avec les derniers encouragements au loin de mon père, Thierry et Laurent pour monter vers mon dernier sommet.

La route fait bientôt place à un chemin. Malgré la pente, je me force à toujours trottiner. Les cuisses gainées par mes Quads, je surpasse la douleur…il y a un beau résultat au bout !

Toujours dans les arbres, je prends de l’altitude. Et puis je sors de la forêt.

Le vent me rappel à l’ordre. Depuis quelques kilomètres, l’air et plus vif, je supporte parfaitement mon juste au corps sous mon tee-shirt et mes manchettes que je n’ai pas quitté depuis le début !

Je trottine toujours dans des pentes qui reste forte à se stade de la course. Je rentre dans les nuages, le vent forcit, le froid devient encore plus saisissant.

La neige réapparait. Il me faut traverser un long névé, je marche. Je me retourne, personne derrière. Je m’attends pourtant à voir l’éclair Taz revenir derrière. Sa présence me ferait pourtant vraiment du bien ! Connaissant sa régularité de course, je n’en serais pas surpris, et même plutôt ravi vu la tournure des événements. Je ne lâche rien, petite pensée pour les amis…faire honneur au statut de Viking ! Je relance dès que possible. Dans un virage, un 4 x 4 avec deux bénévoles frigorifiés. Je poursuis, n’ayant pas la force de les saluer, transit de froid, les mains nues crispées sur mes bâtons.

Le froid devient de plus en plus vif, le vent de plus en plus fort.

La neige est maintenant omniprésente. Je trottine dessus, m’aidant de mes battons pour alléger les jambes et ne pas glisser. J’arrive bientôt sur la crête. La visibilité est limité à une cinquantaine de mètres, je progresse de panneau en panneau de fléchage dans ce vaste champs de neige sans repère dont je ne vois aucune limite. Heureusement que le fléchage est fluo et bien visible !

Le vent est fort, il fait -10°C en température ressentie, j’ai les mains tétanisée autour de mes bâtons…j’aime ces conditions ! Je m’auto-motive, un viking n’a pas froid ! J’aime ces conditions…

La crête me parait interminable. Toujours pas de Taz en vue derrière…

Après de longue, très longue minutes, j’arrive enfin au sommet et je commence la descente dans la neige. Une grande marche que je descends sur les fesses, et je reprends ma foulée, en stabilisant avec les bâtons.

Les jambes déroulent, je suis très confiant, Sylvain ne peux pas me rattraper, je suis regonflé à fond !

Les pieds disparaissent à chaque foulée sous la neige. Et puis un chemin apparait, la neige disparait.

Me voilà bientôt au départ de la troisième spécial, en descente, de la veille. Je refais la descente, je lâche les freins, pénètre dans la forêt, virage à droite, puis à gauche, la descente est sévère, je déroule, sort de la forêt pour me trouver dans un vaste pâturage que je traverse tout en suivant le balisage « Merrell ». J’arrive bientôt à la route, que j’esquive pour continuer sur le tracé…la grosse côte, qui parait aujourd’hui en courant et après 65km bien plus difficile qu’hier en marchant !

Je la monte difficilement, mais derrière, la vue porte loin, et pas trace de concurrent, pas même de mon Taz…j’ai donc fait une fin de parcours pas si mal que ça !

En haut, je fais le détour pour éviter le névé et arrive enfin en haut de cette satanée dernière montée, pourtant pas si longue au vue de tout ce qui a été accompli avant, pas si raide que ce que j’ai pu monter…mais c’est la dernière, et la dernière et psychologiquement toujours plus difficile !

J’arrive à l’entrée du bois, pour traverser par le single aux appuis fuyant. Au bout, un petit talus à monter, les jambes sont calciner, je me lance le défit de monter sans marcher…je me laisse aller à deux pas de marche tout en haut…c’est trop dure !

Et puis je m’élance à tombeaux ouvert dans la dernière descente. Les jambes s’emballent, la piste se déroule sous ma foulée.

J’arrive en haut du site, je le domine. Tout en bas, j’entends ma mère crier ses encouragements. Bâtons dans une main, je lève le bras en signe de victoire. Trop heureux d’avoir réalisé mon petit exploit. Je brandis les bâtons et poursuis ma descente. Passage sur le pont de bois glissant, je prends mes précautions, et le descends de l’autre coté, les cris de ma mère sont plus nets je relève les bras.

La descente se poursuit sur une terre rendue glissante par l’humidité et les nombreux passages de coureurs et VTT. Dans un virage en milieu de descente, je manque de me retrouver étendu par terre !

La fin de la descente arrive, ma mère n’est pas loin, je me dirige vers elle et m’arrête à son niveau, l’embrasse tout en lui souhaitant « Bon anniversaire ! »…ce sera son cadeau du jour !

Je repars pour franchir la ligne. Dernier virage. Dernière ligne droite. Toujours personne derrière, jusqu’en haut de la dernière descente, je passe la ligne tout joyeux à la deuxième place, derrière Thomas L., et premier des coureurs des « Series », m’emparant des 600 précieux point dédié à ma place.

 

 

Je retrouve un peu plus tard, après une petite interview, mes parents et le staff pour les félicitations et un bon bain mérité en récompense me permet de me réchauffer après ces quelques petits coups d’air frais !

 

Un peu plus tard dans la journée, c’est la remise des récompenses, je retrouve sur le podium Tomtom à la première place, et Sylvain à la troisième. Juste derrière, le Team a été bien représenté, avec au final, les 2ème, 4ème, 6ème et 8ème place ! Avec une blessure de Kirtap qui termine malgré tout 8ème et un Manu en sous régime suite à son passage à vide de ces derniers temps.

 

La journée se termine devant un bon repas de pâte, pour moi, le weekend est terminé, il ne reste plus qu’à attendre la remise des résultats définitifs du Merrell Oxygen Challenge, avec un gros suspens puisque malgré le fait de son avance, Yoan n’ayant pas remporté le 45km…j’arrive à son niveau au cumul des points…

 

 

 

Place     Nom                                     Prénom                                 Tp1.       Tp2        Tp3        Tp4                        Tps total

1          LORBLANCHET            Thomas            1:24:39 3:20:47 4:17:11 5:19:03             06:11:05

2          CLAVERY                    Erik                  1:24:44 3:20:45 4:18:09 5:27:56             06:27:47 S

3          CAMUS                        Sylvain             1:26:05 3:21:06 4:22:53 5:38:29             06:35:39 S

4          SAINT GIRONS             Thomas            1:25:58 3:24:45 4:31:05 5:42:02             06:44:25

5          LANCELEUR                Ludovic             1:24:39 3:23:43 4:30:29 5:45:17             06:45:21

6          GAULT                         Emmanuel        1:24:45 3:30:32 4:39:44 5:51:54             06:48:18

7          GIGUET                       Pascal              1:29:01 3:34:16 4:41:36 5:52:57             06:51:10 S

8          BOHARD                      Patrick             1:24:45 3:23:29 4:32:57 5:52:57             06:55:24

9          CHAIGNEAU                Sébastien         1:26:37 3:34:43 4:46:44 6:03:04             06:58:26 S

10        TRIVEL                        Lionel               1:27:45 3:47:25 4:58:38 6:14:30             07:14:59

 

Au final, le lendemain, remise des récompenses des Merrell Oxygen Series…

Et j’ai le bonheur de me retrouver vainqueur, grâce à mes 600 points de la veille, à seulement 16 points devant Yoan, et 55 devant Sylvain, troisième de l’épreuve combinée. Seb, 4ème, termine tous juste derrière à 73 points…quatre places dans un mouchoir de poche !

 

Classement général des MERRELL OXYGEN SERIES après les trois journées :

 

Place     Nom                       Prénom                                 PlaceJ1                 Pt J-1     PlaceJ2                 Pt J-2     PlaceJ3                 Pt J-3     Total point

1          CLAVERY        Erik                           375                410                600       1385

2          MEUDEC          Yoan                         400                500                469       1369

3          CAMUS            Sylvain             4          328       3          439       2          563       1330

4          CHAIGNEAU     Sébastien         3          351       2          469       4          492       1312

5          RANCHIN         Emmanuel        7          265       5          383       3          439       1087

6          MATHIEU         Jean-Claude      5          306       11        244       6          428       978

7          CAMUS            Sébastien         10        211       6          356       7          398       965

8          SBALBI            Tony                 8          246       13        208       1          500       954

9          ROUANET        Renaud             16        130       9          285       5          459       874

10        REYT               Martin               18        111       8          308       5          383       802

11        GIGUET            Pascal              22        85        19        129       3          527       741

12        BOEBION         Christophe        22        85        12        225       4          410       720

 

 

Place au retour sur Nantes via La Palmyre. Nous reprenons la route…

8h plus tard, j’arrive enfin à Nantes, à 1h30 du matin…pour ne pas réussir à dormir…ce sera une nouvelle nuit blanche !

 

Maintenant, place à 1 très grosse semaine de récupération pour reprendre la préparation en vue des 2 derniers gros objectifs de cette première partie de saison…le Marathon des Burons et le Trail du Morbihan, deux épreuves à une semaine d’intervalle, comptant toutes deux pour le TTN, championnat de France de Trail…encore un beau défi en perspective à relever !



10/06/2010
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres